Mise à nu

Au reflet du miroir, conversation avec l’être intérieur, miroir du monde, profondeurs d’âme.

Pensées sans but…
moment d’inspiration…

Collage : l’amitié

J’aime écrire, les mots se bousculent et rebondissent à l’intérieur jusqu’à ce qu’ils s’alignent pour former des phrases. La page blanche est un cadeau, une occasion magique pour y coucher toutes les lettres qui le souhaitent… alors j’écris, j’improvise, ça coule tout seul.

Parfois ça bloque, le barrage des mots se cache dans ma gorge, les mots s’étranglent. J’écris comme je parle… alors…
Parfois même je vomis !

Quand il s’agit de parler ouvertement, de dire la douleur, la colère, l’angoisse, la frustration, l’amour, la joie, le plaisir, le bonheur… ma voix se noue… et c’est le silence qui se présente. Les mots parlés s’étouffent. L’écriture devient alors un exutoire, une libération, un moment de paix et de réflexion. L’esprit se dépose sur les pages, les carnets se noircissent et pleurent, rient, hurlent, crachent, chantent… jusqu’à ce que la page se tourne. Alors le calme devient l’expression de la paix retrouvée, de l’amour ressenti, de la compréhension intégrée…

Puis la peinture imprime en couleur tout le chemin parcouru.
Les couleurs vibrent les émotions vécues, les textures sont le terrain accidenté, riche et fertile de l’inspiration.

La tempête gronde à l’intérieur, elle déplace des montagnes d’une énergie créatrice qui dépasse mon imagination. Ça hurle sans cesse.

J’ai commencé des travaux de dynamitage!

Les bâtons sont placés stratégiquement… le lit de la rivière reprendra bientôt sa forme d’origine, ses berges infinies, ses trésors de la nature qui l’entourent…

Collage : Subtilité éphémère

Je suis tantôt un fleuve, tantôt un ru… mes eaux sont impétueuses et débordent régulièrement emportant avec elles toute la souffrance qui traîne… on nettoie tout pour laisser la place à la création d’un monde juste aux valeurs partagées, ressenties…
Le flot des émotions épouse le terrain… la paix revient. Mais le grondement de la chute d’eau n’est jamais loin.

Ma douleur est une source de grandeur. Je transforme mes tourments en tableaux lumineux.
Je suis la médiatrice écartelée entre un monde sombre et triste et une terre idéalisée.

Je crée aujourd’hui la réalité telle qu’elle est dans tout son éclat! Chaque facette de lumière implique une ombre et une zone neutre. Cette zone neutre, grise, est riche de ces mondes opposés.

Ce que mes yeux pleurent mon cœur l’assimile, ma parole l’écrit et mes doigts le transforme en toiles.

Je suis médiatrice, interprète du monde, de ses beautés et ses laideurs, de son unicité et son immensité.

Ce travail est infini !

Ce texte me vient d’une inspiration qu’un mail à éveillé en moi, des messages d’un artiste, d’un passé incroyable peuple de personnes géniales, d’un présent magique et d’une rencontre nécessaire à mon équilibre…

Et tous mes amis, famille, rencontres… TOUS!

Merci du fond du coeur d’être là ❤️

À très bientôt

Aline Flore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s