Bonne fête !

À toi, cher reflet dans le miroir…

En ce jour de fête, je t’offre ce texte, un bout de cette histoire qui est la tienne, racontée, réfléchie, guérie aussi…

Ça commence par cette étape de ta vie, le jour où tu as quitté la grisaille de la Belgique…

C’était déchirant mais nécessaire. Tout tenait dans deux sacs ! C’est fou quand on y pense… C’était vital !

Et puis, il y avait ces questions de fond… Suis-je en fuite ? En exil ?

Oui, c’est exactement ça ! Les deux ! En fuite de moi-même et d’un passé pesant et en exil de mon cœur… Mais cette situation est vieille ! Elle avait commencé très tôt, dès les premiers battements du cœur… Ou même avant, qui sait !

L’exil de soi, tu reconnais ?

Ça donne une sensation de vide profond, le mien était du genre intersidéral ! Ça te rend terne, gris, triste, hyper triste, frustré, fâché, irritable… Pas tout le temps, mais de plus en plus avec les années… Jusqu’à ce que tu rencontres le si célèbre BURNOUT ou sa meilleure amie, la dépression… Déprimée d’être moi, rien de moins.

Et puis, être en exil de soi, ça fait vivre des tas et des tas d’expériences douloureuses que tu ne comprends même pas et qui semblent te tomber dessus à répétition !

Ben oui, évidemment, ce n’est pas toi qui commandes !

The Evil Guy, collage.

Quand tu es en exil de toi, tes saboteurs tiennent les rennes de ta vie. Tes saboteurs… Intérieurs bien sur ! Les vieilles histoires qui te hantent, les culpabilités, les hontes, les insatisfactions non réglées, les frustrations rabrouées, les élans cassés… L’environnement n’est qu’un déclencheur de toutes ces expériences… Toi, tu les vis d’une certaine manière, tu les vois comme ça t’arrange, tu les façonnes à ta couleur… Sombre dans ce cas-ci. Tout n’est qu’illusion…

Alors quand j’ai atteint la frontière de « l’exil de l’exilée »… Enfin, je dirais ça comme ça pour décrire le fond du fond…

Franchement, pas moyen d’aller plus loin ! Tu as beau essayer de plonger encore vers l’abysse, impossible ! Enfin, si… Mais si tu tiens, ne fusse qu’un mini-peu, tout au fond de toi à la vie, alors …

Puis moi, ce petit bout qui tient à la vie, et bien je l’ai. Chance ! Alors, je prends le temps aujourd’hui encore de remercier cette petite étoile en moi qui me guide, qui me tire vers la bonne porte pour progressivement revenir au monde, renaître, reprendre le train en marche.

La petite fille effrayée, collage.

D’ailleurs, je te rappelle que c’est grâce à ces moments douloureux que tu créées aujourd’hui !

Pour te donner une idée… J’ai mis 23 ans à sombrer et j’entre dans ma sixième année de guérison !

Le nombre de rechutes ? Vraiment ?

Si on compte 365 jours par an, pendant 6 ans… Ça donne donc 2190 jours… Autant de possibilité pour replonger !

La première année, c’est toutes les heures ou presque, c’est épuisant !

La deuxième année, tu te maintiens tranquillement à 3-4 rechutes par jour ! Gros progrès !

La troisième année, environ 1 par jour ou au 2 jours…

La quatrième année, tu alternes les semaines de paix et les semaines catastrophiques.

La cinquième année, au total, environ 2 rechutes par mois…

La prisonnière du château, collage.

La sixième année, je t’en parlerai l’année prochaine ! J’aurai 30 ans !

Une rechute ? Un moment où tout tourne et semble  s’effondrer ! Un moment d’oubli de soi ! Un moment où tout devient sombre, noir. Les sensations, les émotions, les paroles qui trottent dans ta tête à ce moment-là, elles font peur, honte aussi, mal surtout… Je les appelle Les Empoisonneuses.

Mais tu vois, cette aventure aux enfers de mon être, moi, je trouve ça magnifique ! Splendide ! Là, je me sens tellement « artiste torturée »… Haha !

Sauf que pour moi, pas besoin d’être torturée pour créer ! Non ! Par contre, c’est cet état douloureux qui m’a imposé la création ! J’ai développé le besoin d’être en paix avec ces sombres aspects de mon être pour que le flot d’inspiration jaillisse et coule intensément en moi.

Alors je veille à un équilibre intérieur. Quand Les Empoisonneuses pointent leur nez, je les écoute pleinement, je les vis, je les ressens et je prends le temps d’entendre leur cri, leur appel, leur demande d’aide.

Le reflet du miroir, collage.

En écoutant ainsi mes parties sombres, j’accède à une lumière éblouissante, celle de la prise de conscience, de l’installation de la paix, du retour au soleil du cœur. Le chemin de reconquête de soi, c’est vraiment magnifique !

Une aventure en soi. Une œuvre d’une beauté qui dépasse ce que les yeux peuvent voir. D’ailleurs, ça ne se voit pas, ça se vit !

Et c’est exactement cette invisible beauté que j’ai le bonheur et le plaisir d’exprimer par des textures, des couleurs, des assemblages audacieux…

Alors voilà, aujourd’hui, pour tes 29 ans, je te serre tout contre mon cœur, je te rejoins, je t’aime profondément. J’aime toutes tes parties ! Les sombres aussi, je les remercie et les chéris pour ce qu’elles sont et ce qu’elles ont à apporter au monde.

Pour ce jour de fête, je t’invite à me suivre sur la route de ton bonheur, de la réalisation de tes rêves et de ton être, dans toutes ses couleurs et tous ses reliefs !

Pour ce jour, je te commande une toile ! Une œuvre à ta dimension, un tableau à ton allure, un portrait de ton être… Inspire-toi !

Aujourd’hui, je veux que tu voies ton essence en couleurs et reliefs !

Ça fout la trouille évidemment ! Je le sais, je te sens déjà en panique. Mais cesse-donc de te juger ! Ressens-toi, vois-toi comme je te vois ! N’oublie pas, je suis les yeux de ton cœur, ceux qui t’aiment sans condition ! Alors voilà, empreinte mes yeux et peins-toi !

Ose !

Tu me raconteras après ce que ça fait d’être vraiment à nu face à soi !

Cher reflet dans le miroir, ce cadeau est amour de soi, détermination et joie, accueil et paix, bienveillance et douceur…

Bonne fête l’artiste ! Je t’aime.

Les yeux de ton cœur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s